Le marché de l’immobilier montre des traces de relance dans la région de la Baie de San Francisco, et pour cause : l’économie s’y porte relativement bien. Alors certes, l’IPO de Facebook n’a pas créé une génération de millionnaires comme le NASDAQ en pondait du jour au lendemain à la fin des années 90, mais les postes sont là, et ça embauche sec pourvu que vous soyez un informaticien performant, un designer de talent ou un gourou du marketing.

Dans le reste du pays et même la plupart de la Californie, cela dit, ça continue à patiner. Et dans mon comté d’adoption, ça reste assez catastrophique. Comme ailleurs, beaucoup de gens du coin se sont endettés en faisant des prêts trop beaux pour être vrais, et leur propriété vaut maintenant moins que le solde de leur emprunt. Et de nombreuses maisons ici sont des résidences secondaires, dont certains de leurs propriétaires ont arrêté de payer les mensualités. Du coup, il y a des affaires à faire. Et j’espère pouvoir en choper une d’ici un an ou plus, de préférence dans l’appellation des Red Hills, ou ailleurs, histoire à terme d’y planter un vignoble. On verra.


En attendant, j’ai quand même fait une affaire. Par ces temps difficiles, il y a beaucoup de mauvais payeurs. Et certains ont carrément arrêté de payer leurs impôts fonciers. Du coup, les comtés organisent des ventes aux enchères des propriétés saisies. Suite aux résultats médiocres de certaines de ces ventes, qui dans certains comtés modestes ou distants n’attiraient pas beaucoup d’acheteurs, de plus en plus de municipalités et d’administrations sous-traitent désormais l’inventaire de leurs propriétés à revendre à des sites spécialisés.

Il y a trois mois, j’ai eu vent de la vente aux enchères de plusieurs dizaines de propriétés de ce type dans notre comté, mises en ligne sur Bid4Assets. Nous louons notre résidence actuelle, mais j’ai la ferme intention de devenir propriétaire de terres dans le coin. La plupart des propriétés listées ne correspondaient pas vraiment à mes critères. Il s’agissait soit de terrains non construits dans des lotissements qui fourmillent déjà de maisons très bon marché (si vous voulez une résidence de trois chambres avec garage pour deux voitures et une vue sur le lac, ça se trouve ici pour 150 000 dollars sans problème), ou des maisons dans des quartiers peu recommandables.

Mais un petit terrain d’un quart d’acre (un dixième d’hectare, grosso modo) attira mon attention. Je connaissais bien le coin, puisque nous vécurent deux ans à un kilomètre de là. La vue de ce terrain est superbe, sur l’un des sommets du mont Konocti, une petite vallée en contrebas, et une partie du lac, Soda Bay. Enchère minimum : 3500 dollars. Pour un terrain récemment estimé à un peu plus de 15 000 dollars US. Après un coup de fil auprès de Bid4Assets pour éclaircir les règles, je vais le lendemain faire un virement de 2500 dollars US à la banque, le montant minimum requis pour faire une enchère. L’enchère ne dure qu’une semaine. Et le dernier jour, un autre utilisateur fait une offre. Je la contre, en enchérissant 3600. L’autre surenchérit. Ce petit jeu continue jusqu’à mon enchère finale de 4000 dollars US. Je surveille impatiemment l’enchère jusqu’à la fin, car dans ce type de système, si l’autre partie surenchérit dans les dernières minutes, la vente est prolongée de plusieurs minutes ou plusieurs heures. Mais non - on dirait que j’ai gagné. Le lendemain, je vire le solde dû. Le site me guide ensuite pour le transfert du titre, pour lequel je saisis simplement mes coordonnées. C’est tout.

Aujourd’hui, coup de fil du comté pour finaliser la paperasse. C’est officiel, nous sommes propriétaires. Alors franchement, nous n’avons pas de projets immédiats pour le terrain. Y faire construire, à l’heure actuelle, nous coûterait plus cher que d’acheter une maison sympathique dans le même quartier. J’y vois avant tout un investissement, et un actif qui pourrait servir de garantie pour un emprunt un de ces jours, pour acheter quelque chose de plus grand et déjà construit. Ou quelque chose que nous pourrions vendre avec un bénéfice sympathique. Mais idéalement, à terme, c’est clair, j’y vois bien une maison de vacances, avec hot tub japonais, terrasse, et de la place pour y garer une remorque avec un bateau posé dessus.

Commentaires

1 commentaire sur “Un marché d’acheteurs”

  1. Michel le 10 juillet 2012 7:53

    Felicitations, merci aussi pour la ref du site.

    Tous les comtes limitrophes sont dans la meme %#$.On peut meme acheter un lycee dans la region de Grass Valley, pour davantage de sous, mais a un prix brade…. $995k il y a 3 mois, $895 en ce moment, $5M il y a 3 ans…..

    http://www.sierraschoolforsale.com/

    Ideal pour un centre de conference…. quoique un peu isole… Mon coin favori pour les sortis moto TT.

Laisser un commentaire