Le petit Rudy

Publié dans humeur, politix 
Publiez sur Facebook, Twitter, delicious

Dans la série parallèle politique foireux, Gilles Biassette, correspondant à Dallas pour le quotidien La Croix, nous explique que Rudy Giuliani, ex-maire de New York en campagne présidentielle sous l’étiquette républicaine, veut être un Sarkozy à l’américaine.

Évidemment, il y a de quoi rire. Par où commencer ?

De la même façon que SuperFrenchie (qui hier rencontrait d’ailleurs les présidents français et américain à Washington D.C. avec entre autres expatriés Loïc Le Meur) soulignait il y a quelques jours que l’affirmation de 60 Minutes selon laquelle les Français surnomment « Sarkozy l’Américain » le locataire actuel de l’Élysée n’avait aucun fondement — il s’agissait d’un raccourci journalistique pratique mais honteux — le correspondant texan du quotidien catholique semble affirmer que le candidat républicain s’est trouvé un role model dans la personne du petit Nicolas :

« En fait, Rudy Giuliani veut être le “Sarkozy américain”, trouver les mots pour incarner le changement tout en étant issu du parti au pouvoir. Comme lui, il est petit et énergique ; comme lui, il est ferme en matière de sécurité et libéral sur le plan économique, partisan des baisses d’impôts. Les mauvaises langues ajoutent désormais dans la liste des points communs une vie conjugale agitée. Rudy Giuliani en est à son troisième mariage, et ses divorces ont fait les choux gras de la presse new-yorkaise ! »

Je passe sur l’emploi douteux du point d’exclamation, une horreur que je trouve déjà inacceptable sur un blog amateur comme celui-ci, et a fortiori dans un quotidien national, même si son lectorat ne se résume qu’à la race désormais en voie d’extinction des catholiques de gauche.

Mais là où Biassette donne carrément dans le fantasme, c’est dans son affirmation selon laquelle Giuliani veut être un « Sarkozy américain ». Il n’y a rien pour soutenir cette thèse sinon la mention d’une blague que Giuliani racontait lors d’un récent discours, qui tend d’ailleurs à railler le système français et à mettre en avant la fascination du président français pour les États-Unis. Un rien francophobe, même cette bonne histoire destinée à détendre un public encravaté de coincés conservateurs n’a pas réussi à trouver son public.

Et Rudy Giuliani, « petit » ?

De toute évidence, Biassette n’a jamais rencontré l’ex-maire de New York en personne. Rudy Giuliani fait 1 mètre soixante-quinze selon les estimations les plus conservatrices (5 pieds et neuf pouces et demi), voire 1,78 mètre selon d’autres sources. Sans être un géant, c’est ma foi respectable, et pas franchement qualifiable de « petit », sauf pour quelqu’un qui évolue exclusivement parmi le cercle des joueurs de la NBA. Il se place dans la moyenne des candidats républicains, et est donc deux à trois centimètres plus petit que George W. Bush. Rudy n’a donc pas à utiliser un tabouret lorsqu’il se fait prendre en photo avec le président américain.

Passons sur cette bête erreur. Je ne blâme pas Biassette pour avoir écrit son papier de chez lui : j’ai moi aussi pigé pour des quotidiens étrangers lorsque je vivais en France, ce qui signifie souvent simplement offrir un éclairage sur la politique et la société françaises accessible à un lectorat non-hexagonal, le tout sans avoir à pointer son nez dehors (l’exercice nécessite toutefois quelques efforts stylistiques consistant par exemple à employer « candidat néo-gaulliste » pour « candidat RPR », ou des parenthèses explicatives chaque fois que l’expression « acquis social » apparaît dans une citation).

Mais quand même, Gillou. Certes, la comparaison, même limitée, peut être faite entre les deux hommes. L’éditorialiste Fred Siegel du tabloid conservateur New York Post notait hier que Sarkozy pouvait être vu comme un « French Rudy », et remarquait avec justesse que lors de leur rencontre en 2006, le candidat de l’UMP avait sûrement été inspiré par le « maire du 11 Septembre », et qu’en retour ce dernier pourrait prendre une leçon en stratégie de campagne de la part du président français. Mais de là à affirmer que Rudy Giuliani voit Sarkozy comme un modèle, faudrait voir à pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des connards sauvages. Encore un bel exemple d’ethno-centrisme, tout aussi honteux et bidonné que celui de 60 Minutes

Giuliani veut être président : c’est la seule chose qu’il envie à Sarkozy.

Commentaires

6 commentaires sur “Le petit Rudy”

  1. Le Piou le 7 novembre 2007 9:27

    “Évidemment, il y a de quoi rire. Par où commencer ?” Excellent!
    “a race désormais en voie d’extinction des catholiques de gauche”. Alors la, je suis septique. Est ce que t’as une preuve que ca ait jamais existe? je sais que c’est un sujet a polemiques dans de nombreuses revues politiquo-scientifiques, mais je reste que persuade que Simone Veil a toujours ete de droite et Francois Bayrou n’a jamais ete vraiment de gauche… ;-)

  2. dominique le 7 novembre 2007 10:17

    sur le même sujet, laisse un vote sur mon blog, merci A+

  3. tchouf le 7 novembre 2007 12:04

    je ne vais pas me gêner pour signaler que Loïc efface tous mes commentaires sur son blog depuis que j’ai écrit que je l’enlevais de mes flux rss …

  4. woo le 8 novembre 2007 7:33

    Bah, maintenant j’ai l’a preuve que Lemeur n’a aucune scrupules tant qu’il peut se frayer un chemin pour cirer quelques pompes ….
    En plus franchement comment mais comment peut on sourire sur une photo lorsque le gars a cote de toi est responsable de millier de morts en Irak, d’un inflation mondiale incroyable, de l’appauvrissement de son pays et qui autorise la TORTURE !
    Lemeur you’are an asshole.

  5. Julien le 8 novembre 2007 9:38

    Moi je trouve quand meme que le parallele du “candidat de la majorite sortante qui souhaite gagner en incarnant la rupture” fait sens, comme on dit ici. Alors certes, Rudy n’etait pas au gouvernement… mais tout de meme, c’est une vraie problematique pour lui, comme pour tous les candidats republicains!

  6. geneline le 8 novembre 2007 16:14

    Il faut reconnaître que la formule fait mouche ! Oh lala! j’ai mis un, non deux points d’exclamation.

Laisser un commentaire